Buzz, marketing viral et microcommunication

mercredi, mai 03, 2006

La Microcommunication qu'est-ce que c'est ?

Aujourd'hui plus personne ne prend la communication classique au sérieux. "Trop de communication tue la communication" a dit un jour un publicitaire de renom... Il ne pensait pas si bien dire. Pour être écouté, si possible attentivement, il faut dorénavant montrer patte blanche. Assumer son statut de publicitaire ou de chargé de com, l'afficher, dire la vérité, ne pas trop édulcorer le message, parler avec le ton et les mots appropriés à la cible.


Microcommunication = True communication



Et pour y arriver, une seule solution : restreindre la cible ! Pour mieux la connaître, mieux la définir et mieux lui parler. D'où le terme de "Microcommunication", une nouvelle forme de communication, plus ciblée, pour communiquer moins et mieux...Un nouveau métier, une offre émergente, mais un champ d'action immense. En résumé, l'idée de la microcommunication c'est de toucher les cibles apparentées à des niches grâce à une communication très proche de leurs attentes et basée sur le bouche à oreille : le Buzz. La meilleure arme pour obtenir les meilleurs résultats : le Web !


5 phases



Le travail du "Buzz maker" se déroule souvent en 5 phases : immersion, conception, rédaction, réalisation et diffusion. Certains assument toutes ces tâches seuls, ce qui permet une certaine continuité dans le message, sans interférences. D'autres travaillent en agence (mais c'est encore très rare) en segmentant humainement chaque phase ou en groupant certaines (par exemple l'immersion, la conception et la rédaction sont souvent réalisées par la même personne alors que la réalisation et la diffusion sont réalisées par deux personnes différentes). Il faudrait donc au minimum 3 personnes pour créer une agence de Microcommunication. Un concepteur-rédacteur (qui devra apprendre l'immersion), un web designer et un attaché de Presse par exemple...


Par quels moyens est-ce qu'on véhicule le Buzz ?



Les blogs, les webzines, les forums, les mailing-lists et autre newsletters. On compte en général sur ce quon appelle "la communication virale" pour que les internautes fassent circuler eux-même le message (vidéo, son, texte...). Mais avant que la sauce ne prenne toute seule il faut diffuser stratégiquement le message. Un mail aux bonnes personnes (les fameux "leaders d'opinion"), un article sur les blogs et webzines les mieux placés, parfois une bannière pub ou un spot radio... Il faut aussi que le message soit intéressant pour scusciter du buzz. Il doit accrocher, éveiller l'attention, intriguer, amuser. Bref on doit avoir envie de le dire à son voisin ! Là c'est le métier du concepteur-rédacteur, il doit être très créatif et proche des attentes de la cible. Ensuite, c'est la diffusion, une phase qui s’apparente parfois au travail d’attaché de Presse mais avec les outils modernes et plus ciblés qu’offre le Web.


Vocabulaire...



Le vocabulaire propre à ce nouveau métier est très riche. Beaucoup de synonimes, beaucoup d'anglicismes et autres expressions stylisées... Par ici ça parle de "stratégies de connexion et de propagation" ou de "marketing viral", en face on cite les notions de "influential marketing", de "marketing alternatif" ou de "web lobbying"... Par là on peut entendre parler de "guerilla marketing" en se prenant pour des "influenceurs"...

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home